Défi de Lecture Pour 2020

Auteur: Nathalie Massud

La lecture a toujours été une chose très importante dans ma vie. Quand j’ai découvert que je déménageais aux États-Unis, j’ai lu des livres en anglais pour apprendre la langue. Même si mon anglais s’améliorait considérablement, j’ai continué à lire par passion et intérêt. À la fin de l’année dernière, j’ai réalisé que je ne lisais plus comme avant, alors j’ai pris comme objectif personnel de lire plus de livre en 2020.
Je savais que la seule façon d’augmenter mon rythme de lecture était de me fixer un objectif du nombre de livres lu pendant l’année. J’ai commencé à réfléchir sur un objectif réalisable et au rythme actuel de ma lecture, je crois être capable d’atteindre un rythme de deux livres par semaine soit 100 livres lu pendant une année.
Même si j’aimais lire, cent livres dans une année était une chose que je n’avais jamais pensé possible. Quand j’ai partagé mes objectifs de lecture à ma mère, elle m’a dit que c’était trop ambitieux et que je ne serais pas en mesure de l’atteindre. Son commentaire m’a fait réfléchir et au contraire de me décourager, cela a contribué à renforcer ma détermination et prouver à toute ma famille ma détermination.
Pour m’assurer de relever ce défi, j’ai supprimé toutes mes activités sur les réseaux sociaux et j’ai décidé de prendre un livre avec moi partout où je vais. Cela m’a aidé à utiliser mon temps disponible pour lire.
Mes résultats de lecture en 2020 sont au-delà de mes objectifs. En janvier, j’ai lu 11 livres, et maintenant après deux mois je lis mon vingtième livre. Je suis très heureuse de mon défi car en plus de continuer à améliorer mon anglais, je découvre des lectures que je n’aurais jamais choisis auparavant.

Rap Contre Hip Hop

(Photo/Jattmate.com)

Auteur: Nathalie Massud

Aujourd’hui, le rap est devenu l’un des plus grands genres musicaux, conquérant des publics du monde entier. Mais avant de devenir un des plus importants types de musique populaire et ayant comme fondement la célébration festive et les femmes, le rap avait un vrai objectif. Porté par les jeunes souffrant de pauvreté et de solitude du Bronx, un des quartiers les plus pauvres de New York, le mouvement du hip hop est apparu dans les années 1970, pour que ceux-ci puissent s’échapper de leurs souffrances et leur pauvretés

Alors que les riches allaient dans les clubs pour s’amuser, les pauvres n’étaient pas autorisés à entrer. Donc, ils ont commencé à se réunir dans leurs propres maisons et à organiser des fêtes comme ils le souhaitaient. Les soirées chez DJ Kool Herc ont été très importantes dans la création de l’identité du Hip Hop. Des groupes de danse ont commencé à se former et se regrouper dans des soirées pour couronner les meilleurs de la ville.

Les soirées ont commencé à se multiplier et plus de gens ont commencé à se convertir à la culture du hip-hop. Mais ce nouveau mouvement de musique ne se concentrait pas seulement dans les soirées mais aussi dans le quotidien des gens qui y contribuait. Cette musique est devenu un mouvement pour oublier et surtout dénoncer les inégalités, les injustices de leur quartiers et la pauvreté et la violence dont ils souffraient dans la rue et dans leurs maisons. Dans cette lanc, des dirigeants comme Afrika Bambaata ont contribué à réduire la violence des gangs. Il a réuni plusieurs chefs de gangs différents et a proposé qu’ils travaillent ensemble pour apporter la paix à ces passionnés de cette musique et à leurs familles. 

Les gens qui ont participé à ce mouvement étaient unis par la musique, mais le mouvement est devenu plus grand que cela. Danseurs, artistes, poètes et DJs ont aidé les gens du Bronx à mieux vivre leur vie. Des chansons comme « The Message » de Gradmaster Flash and The Furious Five sont devenues populaires et ont raconté l’histoire des habitants du Bronx au reste du monde.

Beaucoup de gens ne considèrent pas le rap d’aujourd’hui comme faisant partie du mouvement hip-hop. Le message et la raison de la création du rap se sont perdus au fil du temps. Les chansons qui sont célèbres aujourd’hui ne ressemblent plus aux chansons qui ont créé le mouvement. Les quelques artistes qui font encore de la musique avec un message social, sont souvent négligés par des artistes qui écrivent des paroles sans contenu, mais qui réponde à un besoin commercial avec un rythme qui semble plaire.